Les solutions e-commerce pour la Suisse

Les solutions e-commerce pour la Suisse


Nouvelle série sur l’e-commerce. Pour commencer une introduction sur le sujet : les spécificités de l’e-commerce en Suisse, les solutions existantes et celles que j’utilise.

L’e-commerce, ce mot du jargon web 2.0 qui fait un peu ringard, ne s’est pourtant jamais mieux porté. Les mastodontes de la vente en ligne que son Amazon, Alibaba, Wish, eBay ou Ricardo en Suisse ne me contrediront pas.

Aujourd’hui, pratiquement tout le monde veut s’y mettre. D’autant plus que de nombreuses solutions clés en main existe pour lancer son propre shop en ligne. Comme il n’a jamais été aussi facile de se lancer, petit retour sur ce qui fait la particularité de l’e-commerce en Suisse et les solutions disponibles.

Les particularités de notre petit pays

Le paiement sur facture

En Suisse, il existe encore une forte demande de paiement sur facture et ce mode de paiement est fréquemment privilégié par l’utilisateur. Problème : cette alternative de paiement se révèle pourtant coûteuse administrativement.

Mais Il est possible de passer par un prestataire de service. Soit celui automatisé d’un Swissbilling (Caisse juridique Suisse) par exemple, qui s’occupe de vous payer et gère toute la facturation en interne. Soit en passant par un service de Credit Management type Intrum, qui s’occupe du recouvrement et vous assure le paiement.

Le multi-lingue

Avec 4 langues nationales, difficile de faire sans et en terme de part de marché, si l’on souhaite vendre en Suisse, proposer l’allemand sur son shop est obligatoire.

Les arrondis à 5 centimes

Et oui, ça peut paraître anodin, mais nous sommes un des rares pays à arrondir les montant à 5 centimes, faute de pièces de monnaies adaptées. Si on veut donc rester dans les prix Suisse, les calculs de prix (TVA, rabais, etc.) doivent pouvoir intégrer ce type d’arrondi.

Les 2 types de solutions e-commerce

Il existe deux types de solutions pour mettre en place son shop en ligne : Les application Web aussi appelé Saas pour Software as a service, donc logiciel de service. Et les CMS Open Source.

Application Web

L’application web vous permet de vous inscrire à un service payant (abonnement mensuel, pourcentage sur les ventes, etc.), ne nécessitant aucune installation. Votre shop est en ligne en un temps record.

Donc pas d’installation, pas besoin d’un hébergeur, pas de configuration, pratiquement aucune mise en place. D’autant qu’en général, ces applications sont bien rodées et assistent au maximum l’utilisateur.

Par contre il s’agit de systèmes fermés, tout n’est pas réalisable autant au niveau des fonctionnalités que du visuel. Vous êtes tributaires d’un cadre établi.

Exemples : Shopify (le leader), OxatisPowerboutique ou encore, en Suisse, YourShop.

CMS Open Source

Un CMS est gratuit, il suffit de le télécharger et de l’installer sur un hébergement dont vous disposer. S’ajoute donc à ça la configuration du shop en ligne, la gestion du thème et sa modification, etc.

Si le travail est plus conséquent et les connaissances techniques nécessaires plus importantes, vous êtes beaucoup plus libre. Votre seule limite est votre imagination, pour peu que vous vous y connaissez en développement.

Il existe bien sûr une quantité de thèmes et d’add-ons pour chaque CMS, en règle générale payants, qui vous permettront aussi d’économiser pas mal de temps.

Exemples : PrestashopOpenCartMagento et WooCommerce.

Quel type privilégier ?

Vous recherchez à mettre en place un shop en ligne de petite envergure rapidement et facilement ? Vous n’y connaissez pas grand chose en développement voir même en Web design ? Vous êtes prêt à payer un abonnement et des frais un peu plus élevés sur vos ventes pour profiter de ces avantages ? L’application Web fera parfaitement l’affaire. On conseil généralement Shopify, le précurseur et leader du marché, pour une bonne raison : prix intéressants, communautés énorme, une quantité de thèmes disponibles, etc.

Vous recherchez un système autonome ? Vous êtes prêt à mettre les mains dans le cambouis et vous avez des bases en Web et en développement ? Ou vous avez l’intentions de sous-traité ces services pour mettre en place un shop plus robuste et de plus grande envergure ? Le CMS sera parfait. Un peu plus de détails sur les CMS existants et leur positionnement dans la suite de l’article.

Les différents CMS existants

Cette liste n’a pas pour but d’être exhaustive, je vais parler ici de 3 CMS différents, chacun leader dans son genre en Europe, et d’un challenger qui s’impose gentiment.

WooCommerce : simple et rapide, pour un shop de petite envergure

WooCommerce se place un peu à la frontière des deux mondes. Il fonctionne comme un plugin de WordPress, le leader du CMS Open Source pour la création de site Web. Comme tout CMS, il est nécessaire de l’installer et de s’occuper de sa configuration, mais il conviendra très bien pour une petite boutique. Sa mise en place, pour peu qu’il soit utilisé comme les développeurs l’ont prévu (comprendre : la personnalisation peut s’avérer compliquée), se fait rapidement et un assistant vous guidera durant la procédure.

Prestashop : le leader européen, pour un shop en ligne robuste

Plus avancé, plus complexe à gérer mais surtout beaucoup plus personnalisable, Prestashop est le leader en Europe et probablement le CMS le plus connu chez nous. Il est possible de mettre en place un shop sans trop de connaissance en développement, mais ça devient plus difficile. Et ça ne se fera pas gratuitement : achat d’un thème, d’add-ons pour ajouter les fonctionnalités manquantes et, là encore, les limitations existent.

Par contre si vous connaissez le PHP, HTML, CSS, Javascript un peu de Symfony, c’est une autre histoire. Même si l’architecture peut paraître compliquée au début, on trouve son chemin assez rapidement, aidé par la documentation. Modifier le visuel des pages, créer des nouveaux modules, récupérer des infos de la base de données se fait alors assez facilement.

Magento : le plus complexe

Racheté par Adobe en mai de cette année, Magento se rapproche beaucoup de Prestashop. Il est cependant souvent considéré comme bien plus complexe : sans connaissance en développement, mettre en place un shop en ligne sera pratiquement impossible. Comme Prestashop tout est modifiable pour peux que l’on s’y connaisse. Magento est surtout capable de gérer des shops de très grandes envergures. Ce qui explique sa complexité.

OpenCart : Le challenger

Lancé en 2006, il n’est pas dit qu’OpenCart reste challenger longtemps. Sur le même marché que Prestashop, moins complet que Magento, OpenCart est pourtant déjà un des leaders en Chine et aux USA. Longtemps cantonné aux Etats-Unis, il se démocratise de plus en plus et s’étend désormais à pratiquement tous les pays. Même si la plupart des add-ons disponibles pour cette solution sont en anglais et s’adresse avant tout au marché anglo-saxon.

Mon choix : Prestashop & WooComerce

Cet article n’est pas un comparatif. Chaque solution peut convenir en fonction de vos besoins. De mon côté, je me suis arrêté sur Prestashop & WooCommerce.

Pour être transparent, je n’ai passé qu’un peu de temps dans l’interface d’OpenCart et je n’ai jamais testé Magento. Donc je ne suis pas une autorité sur les alternatives, même si j’aimerais pouvoir me pencher dessus dans les prochains mois.

Mais mon sentiment est que la plupart de ces CMS se valent en fonction des besoins. Pour une petite boutique avec site vitrine, je privilégierais WooCommerce. Pour un shop plus complexe, Prestashop.

Ce dernier bénéficie d’une large communauté, m’est apparu simple à mettre en place et facile à personnaliser pour peu que l’on creuse un peu. Il s’agit du leader européen. Une bonne partie de sa communauté parle français. Les add-ons s’adressent à notre marché.

Et ce qui a peut-être le plus influencé ma décision de travailler avec Prestashop : il est assez connu et certains clients demandes spécifiquement un « site Prestashop ».

Mais est-ce que Prestashop permet de s’adapter au marché Suisse ? Parfaitement.

Un système multi-lingue existe par défaut et des add-ons (payants bien sûr) permettent d’intégrer Swissbilling ou encore l’arrondi à 5 centimes. De nombreux autres modules existent d’ailleurs pour le marché Suisse. Un vrai plus !

Conclusion

Cet article est le premier d’une série sur l’e-commerce. Je reviendrai plus spécifiquement sur Prestashop dans des futurs articles. Comment contourner certaines limitations, personnaliser son thème, ajouter des traductions, etc. Je trouvais intéressant de faire un article d’introduction sur le sujet.

Si le temps me le permet, je testerai un peu plus les alternatives. Et je me ferai un plaisir d’en faire un article comparatif !


0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles
de mon blog

Gérer les erreurs dans Prestashop 1.7

Gérer les erreurs dans Prestashop 1.7

Suite à une mise à jour, à l'installation d'un module ou simplement à un bidouillage dans les modèles de Prestashop, une erreur peut empêcher votre boutique de fonctionner et paralyser tout votre site e-commerce. Comment rester informé des erreurs, les afficher et les...

Comic : Oh la belle prise !

Comic : Oh la belle prise !

Début avril oblige, c’est la foire aux canulars. Mais premier avril ou pas, les hackers ne sont pas des rigolos,. Et les hackés encore moins…

Pin It on Pinterest