Optimiser ses articles de blog pour la SEO en 2020

Optimisez vos articles de blog pour la SEO en 2020


Google a lancé le 25 octobre 2019 une mise à jour appelée BERT, qui affecte désormais les résultats retournés pour pas moins de 10% des requêtes de moteur de recherche ! Découvrons ensemble ce qui signifie cette mise à jour, quels types d’articles écrire pour la SEO en 2020 et comment les optimiser pour s’assurer d’un référencement optimal ?

Tenir un blog et lui amener du trafic aujourd’hui semble toujours plus compliqué. Il faut dire qu’avec plus 600 millions de blogs actifs en 2019 et de nouveaux sites se créant chaque jour, difficile de se différencier dans cette masse d’information.

D’autant que Google perfectionne toujours plus son algorithme, avec dernièrement une mise à jour appelée BERT qui pourrait affecter les résultats affichés par une requête sur dix dans la langue de Shakespeare.

Alors découvrons ensemble :

  • Ce que signifie cette mise à jour et comment elle affectera les résultats d’une recherche
  • Comment cette mise à jour peut affecter votre référencement
  • Comment trouver des sujets d’articles faciles à référencer
  • Quels types d’articles écrire
  • Comment optimiser votre contenu pour le référencement

Google BERT

C’est quoi BERT ?

L’année dernière, Google s’est fendu d’un article sur BERT sur leur blog consacré à l’intelligence artificielle. L’idée : entraîner cette nouvelle technologie d’IA afin qu’elle soit capable de mieux comprendre et interpréter les requêtes des utilisateurs.

BERT devrait aider le moteur de recherche à mieux comprendre le langage organique d’un visiteur. En fonction de la demande, Google interprétera un mot de manière moins littérale. Un mot n’a en général pas une seule signification et jusqu’ici, Google avait tendance à isoler chaque mot à la recherche.

Désormais, Google tient compte du contexte dans lequel ce mot a été placé et il est capable de l’interpréter de manière plus précise par rapport à l’ensemble de la requête.

Il est important de noter que, pour le moment, cette modification affecte principalement les recherches en anglais US, BERT ayant été pour l’instant entraîné sur cette langue en priorité. Cependant, Google assure que BERT s’appliquera à de plus en plus de langues avec le temps.

Quelques exemples

Voici quelques exemples donnés par Google. Ces exemples sont en anglais, donc j’essaierai de les contextualiser par rapport à la langue française.

Traduit grossièrement, cette requête demande « 2019 voyageur du brésil aux usa besoin visa ». En clair : est-ce qu’un visa est nécessaire pour un brésilien qui souhaite se rendre aux USA ?

La réponse de Google avant BERT : un voyageur des USA peut se rendre au Brésil sans visa, alors que la requête stipulait l’inverse.

Avec BERT, le premier résultat tient compte de la manière dont la question a été posée et propose un lien vers l’ambassade américaine indiquant qu’un visa valide de type B-2 est obligatoire pour un touriste voyageant aux USA.

Deuxième exemple : « est-ce que les esthéticiens sont beaucoup debout au travail ». Avant BERT le mot « stand » était assimilé à « stand-alone » et mettait en avant à la recherche une page parlant d’école privée.

Google comprend désormais que « stand » veut dire « debout » et renvoi une réponse bien plus claire au visiteur.

Une autre modification a été appliquée non seulement à la langue anglaise, mais à toutes les langues qui utilisent les featured snippets comme l’appel Google.

Dans cet exemple voici comment Google choisit un featured snippet basé sur une recherche demandant « se parquer sur une colline sans bordure ». Avant, l’importance était mise par Google sur le fait de « se parquer sur une colline ».

Désormais, BERT reconnait l’importance de la négation et adapte la recherche à cette information.

Comment ces modifications impacteront votre contenu ?

On a vu pas mal de mise à jour des algorithmes de Google cette année, avec notamment l’arrivée des algorithmes YMYL et EAT, insistant sur l’importance de l’autorité du rédacteur sur le sujet qu’il couvre.

Alors que ces modifications d’algorithmes ont entraîné des chutes de trafic drastique pour certains sites Internet, il y a peu de chance que BERT ait un impact similaire, du moins de manière beaucoup moins ciblée.

En gros, l’idée de Google reste toujours la même : offrir les résultats les plus pertinents et utiles à un visiteur. Si votre contenu est de qualité, peut-être que vous perdrez quelques places à la recherche pour certaines recherches spécifiques, mais ça ne sera pas systématique.

En fait, dites-vous bien que plus Google cible précisément ce que veut le visiteur, plus, si votre site répond à cette question, votre SEO en sera améliorée.

Imaginons que jusqu’ici un de vos articles rankait pour une recherche XY alors que ce n’était pas un résultat très pertinent. Forcément si le visiteur cliquait sur votre site, le taux de rebond était important : il ne trouvait pas votre article utile par rapport à sa demande, revenait en arrière et cliquait sur le lien suivant.

En s’assurant que les résultats affichés sont les plus utiles, Google assure aussi au contenu plus précis et de qualité d’être mieux référencé.

Une fois encore, Google met l’accent sur l’intention du visiteur au détriment du sacro-saint mot-clé, qui a été pendant des années le fer de lance de la SEO. Ranker pour un mot clé X ou Y perd de plus en plus de son importance à mesure que l’algorithme de Google se perfectionne et chercher le mot clé parfait ne veut plus dire grand-chose.

Comme je vais l’expliquer dans la suite de cet article, le but est d’écrire le contenu le plus utile, informé, complet et pertinent pour le visiteur, pour une demande ou un besoin spécifique.

C’est la base et le fondement d’une bonne SEO.

Optimiser ses articles de blog

Introduction

Comme j’en parlais dans mon article sur comment référencer un site efficacement en 2019, Google donne une série de questions à se poser lorsque vous écrivez du contenu.

Ces questions impliquent toujours la même chose : est-ce que mon contenu est de qualité ? Est-ce que j’apporte une valeur ajoutée ? Est-ce que mon contenu est unique ?

Vous pouvez très bien être le plus gros opportuniste de la planète qui recherche un sujet peu compétitif où ranker rapidement, tout ça dans un pur but mercantile. Mais si votre contenu est informé, documenté, complet, unique, clair, utile, etc., il sera très bien référencé.

Le blogging et la SEO ne sont pas des sciences exactes, mais la seule manière de vous assurer d’être bon dans ces domaines, c’est de produire la meilleure qualité de contenu possible.

Un autre point dont je vais parler plus loin concerne la longueur des articles à écrire. Vous verrez que je serai assez spécifique sur leur longueur, partant du principe que les articles les mieux référencés font entre 1’800 et 2’000 mots.

Donc en fonction du type d’article, qu’il soit plus ou moins fouillé ou non, je vous conseillerai de remplir vos pages d’au moins 1’500 mot, ou 2’500 ou même 3’500. Mais la quantité de mots n’est pas une fin en soit, si vous pensez avoir tout dit sur votre sujet mieux, plus clairement et de manière plus utile que la concurrence, 500 mots de plus ou de moins ne changeront rien à votre position dans Google.

Si vous ne me croyez pas, croyez Danny Sullivan de chez Google, dont le but est de communiquer sur les bonnes pratiques et d’informer le public sur le moteur de recherche. Il parle justement de l’importance d’un contenu de qualité dans ce tweet :

Si vous avez un contenu qui n’est pas fondamentalement génial d’une certaine manière, l’apprêter avec des badges, des pages ‘À propos’ ou d’autres éléments spécifiques que vous considérez comme le ‘facteur magique’, ne vous aidera pas. Il doit être fondamentalement génial, unique, utile, convaincant.

Danny Sullivan

Avant d’en rajouter et d’évoquer le peu d’importance que met Google sur la longueur du contenu d’une page :

[..] Il faut avoir un bon contenu. Cela [voir tweet précédent] ne devrait faire pleurer personne. « Un bon contenu signifie-t-il 300 ou 1000 caractères? » Ça, ça me donne envie de pleurer….

Danny Sullivan

J’insiste donc sur le fait qu’un contenu de qualité n’est pas nécessairement long, mais que pour être « fondamentalement génial, unique, utile, convaincant » il faut souvent plus de 300 mots.

Les 3 types d’articles

Je vais donc décortiquer pour vous 3 types d’articles dont on parle fréquemment lorsqu’il s’agit d’écrire du contenu pour un blog, tout en gardant le référencement en tête (ce qui est un peu normal).

Ces 3 types d’articles sont utilisés dans ce qu’on appelle des sites de niches, en règle générale, des blogs qui couvrent une niche avec un volume de recherche assez faible, en tentant de ranker le plus haut possible sur Google pour des demandes peut compétitives.

Du coup, ces types d’articles sont différents en fonction de la compétitivité de chaque article. Ces 3 types sont :

  • Article répondant à une question : Ces articles sont en général assez courts et cherchent à répondre à une question très spécifique et sur lequel il existe peu de compétition. Typiquement le genre d’article qu’on va écrire pour un site tout neuf, afin de créer du trafic rapidement
  • Article détaillé : Ce type d’article est plus versatile, peut se constituer de liste ou de tops qui seront partagés sur les réseaux sociaux. C’est typiquement le genre d’articles que vous écrirez en règle générale pour votre blog et ils s’attaqueront à des sujets avec une compétition modérée.
  • Article pilier : articles très long, complet et documenté dont le but est de tacler un sujet plus vaste dans la niche où vous vous trouvez de la manière la plus détaillée et utile possible. Là on s’attaque en général à des sujets bien plus compétitifs dans le secteur.

Articles répondant à une question

Vous les connaissez certainement et vous en voyez tous les jours en vous baladant sur Internet. Combien de fois êtes-vous tombé sur un titre d’article commençant par “Comment” ou « Pourquoi » ou “Combien” ou “Quel“ ?

Spécificités

Ce genre d’article se destine à répondre à la question posée dans son titre. L’idéal est de proposer :

  • Une question suffisamment spécifique pour s’adresser à une cible bien définie et éviter de s’éparpiller
  • Une réponse à 1’000 mot minimum et c’est important. Certains diront plus, mais je pense qu’il faut surtout chercher à répondre à la question de la manière la plus claire et complète possible. Courir après les mots pour faire du remplissage risque de desservir votre contenu.
  • Et 2’000 mots maximum. Il faut savoir raison garder, si vous dépassez les 2’000 mots c’est que vous avez choisi un sujet plus large qui pourrait éventuellement tomber dans une autre catégorie d’article.

Notez que si vous répondez à une question en 2’500 mots ce n’est pas sale. C’est même très bien si ça se justifie. Mais si vous réalisez qu’il y a plus à dire, vous écrirez peut-être cet article un peu plus tard dans un version plus détaillée.

Ce type d’article se fait en général au début d’un blog, moins par la suite, l’idée est de référencer au plus vite votre contenu très haut et de générer du trafic et de la traction vers votre site.

Comment trouver un sujet ?

Fouillez votre historique !

Vous avez certainement posé des tas de questions à Google avec le temps. Quelles sont-elles ? En consultant votre historique, vous tomberez sur des requêtes bien spécifiques qui vous ont titillées sur un des sujets couverts par votre blog.

Peut-être au moment de recherche de documentation pour un autre article ou dans votre travail, ou dans vos loisirs, ou pour vous marrer. Ça n’a pas d’importance, si cette requête existe c’est que vous aviez un intérêt à la demander à Google. Et il y a peu de chance que vous soyez seul dans ce cas !

Trouvez des thèmes peu documentés

Et si ces recherches ont été infructueuses ? Si les seules réponses que vous avez obtenues provenaient de forums ou de site de réponses types Quora ? C’est le moment idéal de s’attaquer à un article répondant en détail à cette question.

Avec la multiplication des sites niches et des blogs il devient de plus en plus dur de trouver du contenu non documenté. Mais énormément de réponses, lors de nos recherches, proviennent de sites communautaires, sans que nous nous en rendions compte.

Il s’agit en fait toujours d’une excellente opportunité pour créer du contenu sur le sujet.

Utilisez les recherches similaires de Google

Pensez à un sujet qui vous intéresse et essayez de le creuser au travers de la recherche de Google. Si le sujet est déjà bien couvert, essayez d’être plus spécifique. Aidez-vous en accédant aux recherches similaires proposées par Google en bas de page.

Voilà à quoi ressemble la recherche similaire en bas de page de Google
Voilà à quoi ressemble la recherche similaire en bas de page de Google

Celles-ci représentent d’autres requêtes d’utilisateurs sur le même sujet. Vous pouvez même cliquer plusieurs fois sur ces requêtes similaires, qui s’affinent à chaque nouveau clic.

Et comment en une requête supplémentaire, ici "avantage concurrentiel", on tombe déjà sur très peu de contenu sur le sujet !
Et comment en une requête supplémentaire, ici « avantage concurrentiel », on tombe déjà sur très peu de contenu sur le sujet !

Lorsque vous tombez sur une demande sans article dédié à sa réponse : bingo ! Vous n’avez plus qu’à écrire un article dessus. Si vous n’avez pas toutes les infos, documentez-vous à l’aide des résultats sur lesquels vous tombez (forums, sites vitrines, etc.).

Avantages

  • Ils vous permettent d’asseoir vos compétences sur un sujet précis
  • Même si une question spécifique n’apparaîtra que rarement à la recherche, si vous êtes la seule ou la meilleure réponse sur le sujet, votre article se retrouvera premier des recherches Google. Pour deux raisons :
    • Le taux de clic sera excellent si le titre est clair
    • Si vous répondez à la question posée, le taux de rebond également
  • Ce n’est pas forcément le genre d’article que l’on partagera sur Facebook ou Pinterest (encore que), mais il peut-être un parfait complément en lien dans des articles d’autres blogs.

La base de ce type d’article

Répondre à la question, sans broder inutilement, sans attendre le dernier paragraphe pour faire durer le suspense et sans répéter 3 fois les mêmes choses pour atteindre 1’000 mot.

Une réponse claire et de qualité qui satisfera votre visiteur, c’est tout ce dont ce genre d’article a besoin.

Exemple d’article répondant à une question

Je suis un peu embêté pour vous présenter un article de ce genre : j’ai découvert ce type d’article en fin d’année dernière et depuis je n’en ai pas écrit spécifiquement pour ce blog (bien que je l’aie testé avec succès ailleurs).

Mais sur un sujet de niche qui n’a même pas grand-chose à voir avec mon site web, cet article sur les arnaques à l’annuaire a été une de mes premières pages à me générer pas mal de trafic, du haut de ces 1’400 mots environ.

Sans le savoir, j’avais trouvé un thème très peu compétitif où il était facile de ranker et j’avais pondu un article détaillé dessus.

Il me totalise toujours, mensuellement, entre 50 et 70 visites uniques, il y a pire !

Article détaillé

“23 manières de devenir intolérant au gluten”, “33 erreurs à ne pas faire sur votre CV”, “Les 322 meilleurs films Marvel”, etc.

Vous connaissez certainement encore mieux ce genre d’articles, volontairement click bait ou putaclic en mauvais français. En gros, pousser le visiteur à cliquer en lui proposant une liste longue comme le bras sur un sujet précis.

Un article détaillé peut aussi prendre un sujet un peu plus compétitif et le tacler de manière plus approfondie. C’est le deuxième type d’articles que je conseille d’écrire après les articles de questions et c’est, en règle générale, les types d’articles que vous écrirez pour votre blog sur le long terme.

Spécificités

Pour ce genre de contenu, on a plusieurs alternatives :

  1. Une liste avec un très grand nombre d’éléments sur un sujet relativement vaste. Mais là il va falloir créer beaucoup de contenu et le documenter.
  2. Une liste ou un top avec peu d’éléments, mais sur un sujet très précis et moins compétitif
  3. Un guide, une réponse à une question, etc. toujours en le faisant mieux que la concurrence

Comment trouver un sujet ?

Surenchérissez la concurrence

Recherchez ce genre d’articles dans le thème que vous souhaitez attaquer et tentez de surenchérir sur la concurrence. Quand je parle de surenchère, je ne parle pas que du nombre d’éléments de votre liste.

Les astuces Adwords, pas exactement le sujet le moins couvert
Les astuces Adwords, pas exactement le sujet le moins couvert

L’idée est de proposer quelque chose de différent. Vous verrez rapidement que les 10 premiers articles sur le sujet partagent en général 5 ou 6 éléments. Ne vous préoccupez pas de ces points-là et citez-en 10, 15 ou 20 autres. Tentez de chercher les points auxquels personne n’a pensé, les trucs les plus obscurs possible.

Si le premier résultat propose 28 astuces, on peut largement faire un meilleur article que cette liste écrite à la va vite !
Si le premier résultat propose 28 astuces, on peut largement faire un meilleur article que cette liste écrite à la va-vite !

Mais attention : il faut que ça reste pertinent !

Ciblez un maximum

Vous pouvez au contraire vous contenter de liste ou de contenu plus classique si vous vous trouvez dans une niche spécifique et que la concurrence est assez faible sur le sujet.

À ce moment-là, si vous avez trouvé le bon sujet, comme pour un article de question correctement ciblé, ça peut-être diablement efficace.

Pour ce point vous pouvez également utiliser les recherches similaires de Google, comme expliqué plus haut.

Avantages

  • Si vous vous vous placez suffisamment bien dans l’une des alternatives proposées et que votre article est de qualité, le référencement va s’en ressentir
  • Les listes et tops sont typiquement le genre d’articles partagé sur les réseaux sociaux. Et qui pourrait se retrouver aisément sur Pinterest.

La base de ce type d’article

Toujours rester pertinent. Ne pas annoncer “30 aliments à manger pour fondre les graisses” et mettre 4 fois le chou-fleur : une fois cuit, une fois en salade, etc.

Il est possible que ce genre d’article vous semblent un peu plus racoleur que les autres, il n’en reste pas moins que le visiteur doit en finir la lecture satisfait dans le cas d’une liste ou d’un top.

Exemple d’article détaillé

Bon je pousse un peu ma chance à la recherche, j’avoue 😛

Mes 12 astuces pour se passer d’un plugin WordPress, du haut de ces 2’735 mots est un article assez détaillé sur un sujet spécifique.

Pas forcément celui qu m’amène le plus de trafic, WordPress étant hyper compétitif, mais le choix du sujet permet de m’assurer une centaine de visites par mois sur cet article seul.

Si vous cherchez un peu, les 3/4 des articles de mon blog tombent dans cette catégorie.

Les articles pilier

Là on ne rigole plus. C’est le genre d’article qui va vous faire transpirer et mettre votre persévérance à rude épreuve.

Ici on adresse un sujet plus vaste. Peut-être pas : “Qu’est-ce que l’univers ?”. Mais il faut que dans votre niche ou secteur, vous attaquiez un sujet précis avec tout ce que vous avez.

Cet article doit faire office d’autorité sur un sujet donné.

Spécificités

  • Entre 3’000 et 4’000 mots. Oui ce n’est pas rien, mais c’est important. Si vous annoncez un guide complet pour monter un PC soit même et que le tout fait 1’000 mots avec 3 photos, ça risque de ne pas être le contenu le plus utile sur le sujet
  • Essayer d’en proposer plus que la concurrence : si vous attaquez un gros sujet, donnez-en plus au visiteur. Décomposez votre thème en un tas de petit sujet et essayez de tous les explorer en profondeur

Comment trouver un sujet ?

Il n’y a pas 50 manières dans ce cas. Réfléchissez à des concepts importants dans votre secteur, que vous maîtrisez où que vous cherchez à maîtriser et documentez-vous avec l’aide de Google.

Si la page Wikipédia vous raconte déjà tout, ce n’est sûrement pas le sujet idéal. Mais si vous devez passer par 5 ou 6 pages différentes puis recoller les morceaux pour vous faire une idée du sujet : il ne vous reste plus qu’à en faire un article !

Avantages

  • Avec un article de plus de 3’000 mots et un contenu exhaustif votre article peut se transformer en référence sur le sujet. Donc vous placer très haut dans Google
  • Un article de référence ça peut faire beaucoup pour votre image. Ce genre de contenu peut même se révéler intimidant à la découverte. Même sans en lire l’entièreté, beaucoup seront déjà convaincu par vos compétences !
  • Peu de retours sur les réseaux sociaux pour ce genre d’article, mais vous pourrez profiter de pas mal de back linking si votre contenu fait vraiment autorité sur un sujet.

La base de ce type d’article

Beaucoup de travail, beaucoup de documentation, beaucoup de mots, bref : beaucoup de contenu et de bon contenu.

La définition de la SEO aujourd’hui.

Exemple d’article pilier

Mon guide complet pour créer un module dans Prestashop 1.7 est premier dans Google

Voici un bon exemple d’article pilier sur un sujet pas forcément très couvert mais avec déjà pas mal de concurrence : mon guide complet pour créer un module dans Prestashop 1.7. L’article fait plus 5’400 mots et couvre les bases du sujet en détail.

Au point qu’il est mieux référencé que la documentation officielle et les forums de Prestashop. C’est bien simple, cet article seul représente près de 10% de mon trafic mensuel.

Conclusion

Créer du contenu sur son blog n’est pas forcément chose facile. Le problème, c’est qu’on ne peut plus simplement se lever le matin en se disant “Voilà mon billet d’humeur de 300 mots” et penser que ça intéressera les gens. Il y a les réseaux sociaux pour ça.

D’ailleurs, comme je l’ai mentionné, je n’ai pas spécialement suivi ces règles à chacun de mes articles pour ce blog. J’y reviendrai peut-être plus tard, mais j’ai créé un autre blog (en anglais celui-ci, sur un sujet de niche qui n’a rien à voir avec le web design) où je suis ces pratiques spécifiques.

Alors que mon blog New Slang totalise environ 3’500 visite unique par mois, ce nouveau blog lancé en mars, avec seulement 17 articles dont seul 7 ou 8 rankent vraiment pour le moment, me ramènent prêt de 7’000 visites uniques mensuelles et augmente chaque mois.

Google Analytics de mon blog de niche sur lequel je travaille en parallèle du blog actuel

Il existe bien sûr beaucoup d’autres règles, pour le moment, j’essaie surtout d’éviter les sujets trop généraux, tout en essayant d’atterrir dans l’une des 3 catégories d’articles cité plus haut.

Si je donne l’impression que, tout ça, c’est facile, avec des méthodes claires pour trouver des sujets : ça n’est jamais simple. Chaque semaine, pour chaque nouvel article de blog c’est difficile de trouver un sujet, difficile de le documenter et pas toujours évident de l’écrire. Mais ça en vaut la peine, on s’améliore et on apprend beaucoup.

Finalement créer du contenu c’est aussi ça : y travailler, s’améliorer constamment et se créer des règles à suivre.



Aucun commentaire

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

derniers articles
de mon blog

Comic : Un truc vite fait

Comic : Un truc vite fait

Quand on travail dans un métier créatif, les gens pensent qu’un dessin, logo, flyer ou autre se fait en quelques minutes… Un petit truc vite fait quoi !